SLOT RACING 1/24 EN URUGUAY

Présentation du slot racing Uruguayen par l'expérience personnelle de RUBEN RODOLFO PEREZ DE PAULA

Ville de Paysandú , sur la riviére Uruguay . C'est au centre CAMS (Centro Auto
Motociclista Sanducero) , que se trouvait la piste construite par les frères
Caporale, en particulier  Carlos Caporale. L'activité d'automodélisme de compétition fut très intense. Le journal "El Telégrafo", de la ville de Paysandú a publié des articles sur ces courses.

Les compétitions à Paysandú étaient toujours a l'échelle 1/24 , sports
prototypes . En Uruguay, le 1/32 ne fut jamais populaire. A ce temps
là, les carrosseries de sport prototype étaient les seules a être
vendues aux magasins tels que "Hobby Center", "Delta Hobby",
"Aeromodelos El Condor" , etc. Et ces magasins étaient tous a la 
capitale, Montevideo et non pas a Paysandú.  Il y avait beaucoup de
matériel pour les slots-cars en Argentine, en particulier au magasin "Milou"
a Buenos Aires, ( qui continue à exister aujourd'hui) , mais en
Argentine le standard était le 1/32, et les carrosseries étaient pour
la plupart des voitures de la catégorie "TC" ( Turismo de Carretera)
très, très populaire en Argentine, mais pas si populaire en l'Uruguay.
Donc, la seule catégorie qu'on avait au centre social de CAMS c'était
les sports prototypes, tels que la Lola T70, la Ferrari 312 P, la
Ferrari 512 P , l'Alfa Romeo T33, la Porsche 908/3, etc.
  Les châssis employés étaient  la "Cucaracha COX" ; un châssis
en aluminium, avec un pivot sur l'axe derrière, très bien adapté à la
piste du CAMS. Ma première  slot-car fut un modèle 1/24 en plastique,
produit par TAMIYA, de la Lotus 30, avec moteur transversal et châssis
en magnésium, avec suspension  par des ressorts, très belle mais,
malheureusement, peu adapté a la piste de Paysandú. La carrosserie fut
bientôt montée sur un "Cucaracha Cox", avec des bons résultats. Les
moteurs étaient des Mabuchis 16D.

Vers la moitié des années 1970 j'ai quitté la ville de Paysandú pour me
rendre a Montevideo, pour faire mes études universitaires. Là j'ai
trouvé l'activité des slots cars au siège social de l' AUVO ( Asociación
Uruguaya de Volantes) . Bien sur, la catégorie la plus importante
était les sports prototypes, avec les mêmes voitures qu'à Paysandu . 
Mais la piste de l'AUVO était différente de celle de Paysandú, et les
châssis "Sidewinder", et surtout les "Anglewinders" étaient imbattables .
On pouvait acheter ces châssis aux magasins déjà mentionnés, mais ils
étaient assez chers, donc, la plupart des coureurs construisaient leurs
propres châssis en laiton,  avec des résultats très acceptables. Une
grande différence avec Paysandú c'était qu'à Montevideo, il y avait
d'autres catégories : la Formule 1,  le Tourisme , et les "Classiques" .
Comme il n'y avait pas des carrosseries en plastique pour ces
catégories, on les faisait en feuille d'aluminium. C'était un travail
assez artisanal, mais très intéressant. On faisait d'abord le dessin sur
un papier, avec les différentes parties de la carrosserie ( toit, côtés
latéraux, capot moteur,  etc)   et on les collait ensemble, en
finissant avec du mastic ou epoxi. Il y avait des très belles
carrosseries faites a la main . En particulier, les carrosseries de la
catégorie "Classiques" tels que la BMW 328, le MG TC, etc.

C'étaient de véritable oeuvres d'art. Ces voitures classiques avaient des roues très
minces, et étaient assez difficiles a conduire sans sortir du slot.
Parfois on avait la chance de trouver une carrosserie d'un jouet a
l'échelle 1/24 qui pouvait être adaptée sur un châssis, mais c'était
exceptionnel. La plupart des carrosseries de F1, Tourisme et Classiques
étaient donc faites á la main . On pouvait modifier les moteurs 16D, (ce
qui était interdit á Paysandu) et on employait aussi le Mabuchi 26D et
les Mura et d'autres moteurs très rapides.

L'AUVO existe toujours, et c'est le centre des pilotes de courses de mon
pays. La piste (qui n'existe plus) se trouvait au fond du siège social
de cette institution et était très populaire parmi les pilotes de
voitures de course . Parmi ceux qui pratiquaient le hobby on trouvait,
par exemple Monsieur Carlos Montequin, vainqueur du plus célèbre Rally
de l'Uruguay, le "19 capitales". La plupart d'entre nous n' avaient pas d'argent pour courir sur des vrais automobiles de courses, mais nous
avons formé une équipe pour aider au contrôle des rallies: chronométrage,
marquer les carnets de route, signaux aux contrôles, drapeaux , etc. 

Les courses de slot étaient donc un bon complément pour l'activité du sport
moteur en Uruguay.

Les courses étaient  toujours amateurs. On payait une petite somme pour
acheter les trophées et c'était tout. Malheureusement, les autorités de
Montevideo ont classifié l'activité comme un jeu
"électromagnétique" , avec les machines a sous, et d'autres jeux
de hasard comme ceux qu'on trouve aux casinos. Incroyable mais vrai. La
conséquence fut que les mineurs d'âge ne pouvaient pas - en rigueur -
participer aux courses. Mais, en vérité, les contrôles n'étaient pas très
sévères, et on comptait parmi les  pilotes de slot les enfants des
pilotes de course...  et les pilotes aux mêmes.

Ruben Rodolfo Perez de Paula  et  Ricardo Perez de Paula

 

Slot car Uruguayenne Ferrari 312 T Formule 1 de Jody Sheckter au 1/24
Slot car Uruguayenne Ferrari 312 T Formule 1 de Jody Sheckter au 1/24

Grand Prix tourisme, compétition en plusieurs étapes, et parfois en équipe de deux voitures, ou deux pilotes.

504 Peugeot slot-cars
504 Peugeot slot-cars
Datsun slot-car
Datsun slot-car
Slot car Honda
Slot car Honda